L'Objet d'Art n° 539
L'orfèvrerie allemande

N° 539 - Nov. 2017

Version papier Le confort de la lecture papier à domicile sous 72h

11,00 €

Version application Lecture & conservation sur smartphone ou tablette

7,99 €

Epuisé
Version en ligne Lecture & conservation numérique dans l'Espace Client

8,00 €

ISSN : 0998-8041

Les musées français, Écouen et le Louvre principalement, conservent d’époustouflants chefs-d’œuvre d’orfèvrerie allemande de la Renaissance et du baroque, un domaine de création souvent méconnu qui fait l'objet d'une parution aux éditions Faton. Le Grand Palais, en plus d'une superbe exposition consacrée au photographe Irving Penn, rend hommage à Paul Gauguin dont le processus créatif s'exprima à la fois en peinture, en céramique, en sculpture et en gravure. Autre époque, autre artiste d'exception, avec Nicolas Poussin qui tient la vedette dans l'actualité, notamment au musée de Chantilly où est dévoilé son célèbre Massacre des Innocents restauré. À Amsterdam enfin, on pourra découvrir la réunion exceptionnelle de pièces de Jean Malouel, et à Rennes, l'on se laissera conter la fabuleuse histoire des tableaux des abbés Desjardins venus de Québec.

Actualités

Articles

Jean Malouel peintre de cour et son temps

Nicolas Poussin

Évoquant un court épisode biblique concomitant à la fuite en Égypte, ces quelques lignes de l’Évangile selon Matthieu furent à l’origine d’un sujet pictural particulièrement prisé des artistes : le Massacre des Innocents. De Giotto au Tintoret, de Guido Reni à Rubens, ils furent nombreux à en livrer leur vision, rivalisant de sophistication dans des compositions où s’entremêlent victimes et bourreaux dans un déchaînement de violence aveugle. Parmi elles, celle que donna Nicolas Poussin de l’épisode occupe une place à part. Conservé au musée Condé de Chantilly, ce chef-d’œuvre du maître du classicisme vient d’être restauré et se dévoile à l’occasion d’une exposition-événement qui en retrace la genèse et la postérité. En parallèle, le musée propose de se replonger dans l’œuvre sur papier de l’artiste en déployant au sein de son nouveau cabinet des dessins les 35 feuilles de sa main que comptent les collections du duc d’Aumale. Pour cette double inauguration, L’Objet d’Art a souhaité interroger Pierre Rosenberg de l’Académie française, président honoraire du musée du Louvre et spécialiste de l’artiste, qui a accepté de lever le voile sur son grand dessein : le musée Nicolas Poussin aux Andelys. Par Olivier Paze-Mazzi

Magazine : L'Objet d'Art n° 539 Page : 38-45

Gauguin : l'alchimie des arts
Nouveaux regards sur quatre termes de saisons au Louvre
Chefs-d'œuvre de l'orfèvrerie allemande des XVIe et XVIIe siècles
Le fabuleux destin des tableaux des abbés Desjardins

Vous aimerez aussi

GAUGUIN, l'alchimiste

GAUGUIN, l'alchimiste

À l'occasion de l'exposition du Grand Palais, Dossier de l’Art vous guide dans la tumultueuse carrière de Gauguin et vous dévoile les coulisses de son œuvre énigmatique, de ses réflexions et de ses expérimentations.

n°252 - Sept. 17

11,00 €

Découvrir
CHEFS-D'ŒUVRE D'ORFÈVRERIE ALLEMANDE

CHEFS-D'ŒUVRE D'ORFÈVRERIE ALLEMANDE

Renaissance et baroque

58,00 €

Découvrir
NICOLAS POUSSIN - Chantilly

NICOLAS POUSSIN - Chantilly

Les Carnets de Chantilly

19,50 €

Découvrir
NICOLAS POUSSIN

NICOLAS POUSSIN

Les Écrits de Jacques Thuillier - Vol 3

128,00 €

Découvrir